L’adulte et l’écriture

S’il n’y a pas d’âge pour réapprendre à écrire, il n’y a pas d’âge non plus pour souffrir en écrivant! Souffrance psychologique quand la gêne reste taboue et très mal vécue; souffrance physique, quand les douleurs remontent des doigts jusqu’au cou.

L’adulte touché par les troubles de l’écriture n’est pas rare. Je reçois parfois des appels de mères qui souhaitent prendre rendez-vous pour leur enfant, un grand enfant, pas loin de la trentaine: « il a honte d’écrire devant les gens, ça l’a toujours gêné et maintenant qu’il est adulte ça devient un vrai problème dans sa vie professionnelle ». Comment écrire sans gêne devant les autres quand son écriture est enfantine, tremblotante? Comment parvenir à rendre des copies lisibles quand on ne parvient plus à se relire soi-même? Comment préparer une reconversion professionnelle quand il faut écrire vite et beaucoup et qu’on en a perdu l’habitude?

Dans ces adultes en souffrance avec l’écriture, il y a ceux qui le sont depuis longtemps; à l’école déjà, les professeurs leur faisaient des remarques sur le soin, leur lenteur de copie, leurs tracés malhabiles; plus tard, au collège, au lycée, ces mêmes professeurs leur ont fait comprendre qu’ils seraient plus à l’aise derrière une machine, peu importe laquelle, que devant une feuille. Et petit à petit, l’oiseau de la confiance en soi s’est envolé. Leur a-t-on seulement bien appris à écrire?…

Quand on sait que l’aspect psychologique joue un très grand rôle dans le geste d’écriture, on imagine les dégâts causés par tant d’années de mise en échec face à l’écrit!

Parmi ces adultes qui souffrent en écrivant, il y a également ceux qui développent une crampe de l’écrivain. Ils écrivaient sans problème et puis un jour… Ce type de dystonie survient en général sans prévenir chez ceux qui écrivent beaucoup et ceux qui ont beaucoup écrit (étudiants, professeurs, médecins, comptables…). Ses origines sont encore mal cernées mais les conséquences sur la vie d’adulte sont particulièrement invalidantes au quotidien: impossibilité d’écrire sans douleur, de façon lisible, difficultés à contrôler son stylo au cours de l’écriture, comme si la main, les doigts ne répondaient plus aux ordres du cerveau. L’écriture se dégrade sous l’effet de contractions musculaires involontaires qui surviennent à l’occasion du mouvement volontaire d’écrire.

Dans tous les cas, défaut d’apprentissage, dysgraphie, dystonie, la rééducation peut apporter une amélioration de l’écriture. Motivé, l’adulte applique une auto-rééducation quotidienne grâce aux conseils du rééducateur. Il restaure son geste et reprend peu à peu confiance en son écriture et en lui.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s